le modèle de fléxisécurité danois

le modèle de fléxisécurité danois
Noter cet article

Dans cet article nous étudierons quelques caractéristiques et spécificités de ce modèle.
Le terme flexicurité ou flexisécurité est un mot valise  qui symbolise les 2 principaux axes de ce projet que sont la flexibilité et la sécurité.

 

Un des piliers de ce modèle de flexisécurité : la flexibilité

Dans ce modèle la flexibilité est représentée  par  le fait que  les  démarches de licenciement et d’embauche soient facilitées , en  période d’augmentation momentanée de production certaines entreprises peuvent être réticentes à embaucher des salariés supplémentaires par peur d’avoir à payer  dans l’avenir des frais d’indemnisation de licenciement  trop élevés  , dans ces conditions l’entreprise n’utilisera pas au maximum son potentiel productif et à plus haut degré cela pourra avoir une incidence sur  les données macro-économiques du pays tels que peuvent par exemple être le PIB ou le taux de chômage .
Le Danemark a donc décidé dans la fin du 19ème siècle de mettre en place des mesures facilitant l’embauche et le licenciement du personnel, en réduisant par exemple les frais inhérents.
Les actions de la fléxisécurité ont donc permis d’augmenter considérablement la flexibilité du marché du travail, durant leurs carrières  il est courant de voir des salariés changer plusieurs fois de métier, pour exemple plus de 30% des emplois change de titulaire chaque année  .

L’état essaye de se retirer au maximum des discussions entre employeur et salariés, des conventions sont signées qui permettent notamment de fixer les salaires …. Il faut savoir qu’au Danemark  aucun salaire ni durée du travail minimale ne sont fixés.

 

La flexisécurité au niveau des salariés.

En contrepartie de cette instabilité et de  cette précarité du travail , l’état qui mis en place la flexisécurité permet au salarié  de bénéficier d’une sécurité financière  importante, ceci  donne notamment la possibilité au salarié de d’obtenir en cas de licenciement un  revenu chômage correspondant à plus de 80 % de son salaire initial pour un maximum de 4 ans , un réel accompagnement  est fourni pour aider la personne sans emploi à retrouver du travail grâce notamment  des mesures d’incitation à la formation .
Afin de garder le droit au chômage le bénéficiaire devra prouver sa motivation par  une recherche active de travail ou bien par une volonté d’effectuer des formations qui lui permettront d’améliorer ses compétences et donc d’augmenter ses chances de trouver à nouveau un emploi.

 

Conclusion sur la flexisécurité

Avec  l’arrivée des ntic et de la mondialisation de nouveaux emplois ont été créés et d’autres ont été détruits, les personnes doivent donc logiquement maitrisées ces nouvelles technologies (dont on a vu la généralisation il y a peu de temps). Il est donc important que tout au long de sa vie le salarié fasse  tenir une place importante  à la formation, ceci permettra d’être d’autant plus compétitif sur le marché  du travail et donc de prendre plus de « valeur ».  Le fait de se former peut également permettre d’augmenter sa polyvalence  et au pays avoir un fort taux  de rotations des effectifs comme on peut le voir par exemple au Danemark avec ce modèle de flexisécurité .

 

articles connexes :


1:http://www.usinenouvelle.com/article/les-deputes-adoptent-la-flexisecurite-a-la-francaise.N194893

2:http://www.lesechos.fr/opinions/points_vue/0202789775387-la-flexisecurite-a-la-francaise-reste-a-inventer-570287.php

3:http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=EMPLOIR08m

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *